Contes sur la spiritualité


 

Contes sur la spiritualité

LE LANGAGE DES SIGNES

Qu'est-ce que le langage des signes ?
- Tout homme a sa propre façon de communiquer avec Dieu et avec son âme.
- Alors, l'homme n'a pas besoin de religion ?
- Les religions sont très importantes. Elles nous permettent d'adorer collectivement et de partager les mêmes mystères. Cependant, chacun est responsable de sa quête spirituelle personnelle. Si vous vous éloignez de votre chemin, il est inutile d'en rejeter la faute sur le prêtre, le rabbin, le pasteur. La responsabilité vous en incombe. Il existe un alphabet que votre âme seule comprend, un alphabet de signes qui lui indique les meilleures décisions à prendre.
- Comment apprendre ce langage ?
- Comment n'importe quel autre ! D'abord, il faut de la discipline pour discerner le signe lui-même. Ensuite, du courage pour pratiquer ce langage. Enfin, il ne faut jamais avoir peur de se tromper pendant cet apprentissage. La signe est souvent plus concret et plus évident qu'on ne pourrait l'imaginer. Laissez-moi vous raconter une histoire à ce sujet.
" Dans son rêve, un homme vit apparaître un ange qui lui dit : "La pluie arrivera demain. Ton village sera inondé mais tu sera épargné". Une forte pluie se mit à tomber le lendemain. Comme le risque d'inondation était réel, une équipe de secours évacua tous les habitants du village en leur faisant abandonner leur maison. Tout le monde partit, à l'exception de cet homme. Il disait aux gens : "Dans mon rêve, un ange m'a dit que je serai épargné".
Le lendemain, l'eau atteignit le premier étage des habitations. Une deuxième équipe de secours vint et tenta d'emmener l'homme. De nouveau, il refusa. Il disait qu'il avait reçu un signe d'un ange et qu'il lui fallait montrer au monde qu'il était un homme de foi.
Le troisième jour, l'eau monta encore et la situation devint vraiment critique. L'homme était tout seul, perché sur le toit de sa maison. Une troisième équipe de secours essaya, en désespoir de cause, de le faire partir. De nouveau, il refusa. Il insulta ses sauveteurs, en prétendant que c'étaient des démons dont le but était de lui faire nier le signe de l'ange.
Peu après, l'eau recouvrit entièrement la maison, l'homme mourut noyé. Comme il avait toujours été un bon chrétien, Saint Pierre lui ouvrit les portes du Ciel mais l'homme refusa d'y entrer. Il disait que Dieu l'avait trompé, qu'Il avait envoyé un ange qui lui avait promis le salut. Pourtant, il avait été le seul habitant du village à périr.
Saint Pierre rétorqua que cela n'était pas possible, Dieu ne mentait pas. Il devait y avoir une explication. Il partit la chercher, entra au Paradis et, une demi-heure plus tard, il revint pour dire à l'homme : "C'est vrai, Dieu a demandé à un ange de vous faire savoir que vous seriez épargné. Mais par trois fois vous avez refusé l'aide qu'Il vous a envoyée sous la forme d'un équipe de secours ! ".

LA CERTITUDE ET LE DOUTE

Un matin, le Bouddha était en compagnie de ses disciples quand un homme s'approcha.
- Dieu existe-t-il ? demanda-t-il.
- Il existe, répondit le Bouddha.
Après le déjeuner, un autre homme s'approcha.
- Dieu existe-t-il ? demanda-t-il.
- Non, il n'existe pas, répondit le Bouddha.
A la fin de l'après-midi, un troisième homme posa la même question.
- Dieu existe-t-il ?
- C'est à toi de décider, répondit le Bouddha.
Dès que l'homme fut parti, un disciple s'exclama, révolté :
- Maître, c'est absurde ! Pourquoi donnez-vous des réponses différentes à la même question ?
- Parce que ce sont des personnes différentes, chacune parviendra à Dieu par sa propre voie.
Le premier me croira.
Le second fera tout ce qu'il peut pour prouver que j'ai tort.
Le troisième ne croira qu'à ce qu'il choisira lui-même.

LA JOIE ET L'AMOUR

Un fidèle demanda au rabbin Moche de Kobryn :
- Comment dois-je mener ma vie pour que Dieu soit content de mes actes ?
- Il n'y a qu'une voie : cherche à vivre avec amour, répondit le rabbin.
Quelques minutes après, un autre disciple posa la même question.
- Il n'y a qu'une voie : cherche à vivre avec joie.
Le premier disciple s'étonna :
- Mais le conseil que vous m'avez donné était différent !
- Bien au contraire, dit Moche de Kobryn. C'était exactement le même.

CADEAU D'INSULTES

Près de Tokyo vivait un grand samouraï, déjà âgé, qui se consacrait désormais à enseigner le bouddhisme Zen aux jeunes. Malgré son âge, on murmurait qu'il était encore capable d'affronter n'importe quel adversaire.
Un jour arriva un guerrier réputé pour son manque total de scrupules. Il était célèbre pour sa technique de provocation : il attendait que son adversaire fasse le premier mouvement et, doué d'une intelligence rare pour profiter des erreurs commises, il contre-attaquait avec la rapidité de l'éclair.
Ce jeune et impatient guerrier n'avait jamais perdu un combat. Comme il connaissait la réputation du samouraï, il était venu pour le vaincre et accroître sa gloire.
Tous les étudiants étaient opposés à cette idée, mais le vieux Maître accepta le défi.
Il se réunirent tous sur une place de la ville et le jeune guerrier commença à insulter le vieux Maître. Il lui lança des pierres, lui cracha au visage, cria toutes les offenses connues - y compris à ses ancêtres. Pendant des heures, il fit tout pour le provoquer, mais le vieux resta impassible. A la tombée de la nuit, se sentant épuisé et humilié, l'impétueux guerrier se retira.
Dépités d'avoir vu le Maître accepter autant d'insultes et de provocations, les élèves questionnèrent le Maître :
" Comment avez-vous pu supporter une telle indignité ? Pourquoi ne vous êtes-vous pas servi de votre épée, même sachant que vous alliez perdre le combat, au lieu d'exhiber votre lâcheté devant nous tous ?
- Si quelqu'un vous tend un cadeau et que vous ne l'acceptez pas, à qui appartient le cadeau ? demanda la samouraï.
- A celui qui a essayé de le donner, répondit un des disciples.
- Cela vaut aussi pour l'envie, la rage et les insultes, dit le Maître. Lorsqu'elles ne sont pas acceptées, elles appartiennent toujours à celui qui le porte dans son coeur. "

UN AUTRE NOM

Un homme se tourna vers son ami : " Tu parles de Dieu comme si tu le connaissais personnellement et savais même la couleur de ses yeux. Pourquoi ce besoin de créer quelque chose en quoi croire ? Est-ce tu ne peut pas t'en passer ?
- As-tu la moindre idée de comment l'Univers a été créé ? Sais-tu expliquer le miracle de la vie ?
- Tout, partout, est le fruit du hasard. Les choses arrivent.
- D'accord. Alors, " les choses arrivent ", c'est juste un autre nom de Dieu ".

OU EST LE PARAPLUIE ?

Au bout de dix ans d'apprentissage, Zenno croyait pouvoir accéder au grade de Maître Zen. Un jour de pluie, il alla rendre visite au célèbre professeur Nan-In.
A peine était entré que celui-ci lui demanda :
" Avez-vous laissé votre parapluie et vos chaussures dehors ?
- Bien sûr, répondit Zenno. Comme le veut la bonne éducation. J'agirais de la même façon en n'importe quel lieu.
- Alors dites-moi : avez-vous posé votre parapluie à droite ou à gauche de vos chaussures ?
- Je n'en ai pas la moindre idée, Maître.
- Le bouddhisme Zen est l'art de la conscience totale de nos actions, répondit Nan-In. Le manque d'attention aux petits détails peut détruire complètement la vie d'un homme. Un père qui sort de chez lui en courant ne peut jamais laisser un poignard à la portée de son petit garçon. Un samouraï qui ne regarde pas tous les jours son épée finira par la trouver rouillée au moment où il en aura le plus besoin. Un jeune homme qui oublie d'offrir des fleurs à sa bien-aimée finira par la perdre ".
Zenno comprit alors que, malgré sa bonne connaissance des techniques Zen sur le plan spirituel, il avait oublié de s'en servir dans le monde des hommes.

Liste de textes sur la spiritualité Omraam Mikhaël Aïvanhov: Samaël Aun Weor: Prières orthodoxes Prières catholiques


 


Actualités sur l'amour
Déclarations d'amour
Spiritualité et amour
Textes sur l'amour
Poésies d'amour
Peintures et amour
Sculptures et amour
Photographies
Films d'amour
Liens utils
Contact

Aller à la première page de www.amour.ro